Laurent Aknin Compositeur
Laurent Aknin Compositeur

Laurent Aknin

Laurent croit qu’il est compositeur.

 

Il en est fier, à raison car comme les compositeurs il s’égrène de note en note. Mais il se trompe car s’il compose, beaucoup, il n’est pas compositeur.

 

De même, il joue de la musique mais n’est pas musicien, il chante mais n’est pas interprète. Son véritable métier est autre, son talent est ailleurs. Un truc indispensable. Laurent est traducteur.

 

 

Il n’est pas polyglotte, pourtant il traduit tous les langages. Le langage des images, fixes ou animées, celles qu’on voit sur écran, et surtout celles qu’on a dans la tête, rêves et souvenirs. Le langage des corps, les gestes et les dances, les coups et les étreintes.

Le langage des mots, ceux qu’on prononce comme ceux qu’on retient, échos et murmures. Les langages qu’on comprend et ceux auxquels on se croit étranger.

 

 

Comment fait-il ? C’est très simple, il ne s’intéresse pas à ce que les langages disent, il s’intéresse uniquement à ce qu’ils font ressentir… et il adore les ballades. Il prend son clavier, ses cordes, son Mac, et il part en balade dans les sentiments des êtres et des choses pour nous les rapporter, purs, intacts, mais enfin recevables.

Il glane les émotions planquées dans les images, les corps, les regards, et les mots, il les écoute, les rassure, les caline, et finalement les convainc qu’elles seront bien, faites musique.

 

 

Après, en artisan, il fait sa tambouille. Il construit, pour chaque émotion, un vaisseau de graves et d’aiguës, de voix et d’harmonies, de mélodies et de soupirs. Ainsi, portées par les flots, elles voguent, et avec le courant qu’il a su créer, c’est direct jusqu’à la mer, le coeur.

 

 

Vous avez un film auquel il manque un souffle, une pub toute nue qui a l’air bien bête, une pièce qui demande assistance, un texte qui veut devenir un tube, une prière qui cherche à aller un peu plus haut, une lettre d’adieu qui ne trouve pas ses mots, un bouquet à offrir qui attend son moment, adressez-vous à Laurent, il traduira, c’est son métier."

 

 

 

S. Turcat

 

 

 

 

 

Myspace/laurentaknin

www.laurentaknin.com



NEWS

 

 

 

 

La série "La petite école d'Hélène" (real Dominique Edchecopar) arrive  sur France Tv.

 

Laurent travaille en ce moment sur le 1er court métrage de Camille Japy produit par Mandarin Cinéma.